Recherche        
2
Acheter sur Amazon

Existenz

paru le01/07/2004de David Cronenbergavec Jennifer Jason Leigh, Jude Law, Willem Dafoe, Ian Holm

Membres possédant ce produit
Membres désirant ce produit arcisse

Résumé

Thriller fantastique .
Allegra Geller a inventé un jeu qui se connecte directement au système nerveux.Cette prêtresse de la réalité virtuelle est menacé par un fanatique... elle est sauvée par un jeune stagiaire.
Poursuite effrénée autant dans la réalité que dans l'univers trouble d'existenZ.

Produits similaires

Sailor et Lula …
Criterion Coll:…
Vidéodrome
Andreï Roublev

Critiques et avis

Soyez rémunéré pour chaque avis pertinent déposé !

Critique de celeste37Existenz est un des meilleur film de son genre mellant aisement jeux vidéo et réalité. Ce film ne laisse aucun temps de pause dans l'action et le suspens. Il invite à perdre tout repére entre jeux vidéo et réalité basé sur l'histoire du teste d'un jeu de réalité virtuelle nouvelle génération qui vous améne à vous retrouver dans la peau d'enquéteur. Mais les joueur invité a essayer ce jeu se perde trés vite entre jeux et réalité dans un monde ou la nourriture est constitué de sorte d'animaux mutant entre la grenouille et le poisson, et ou ils s'appercoivent trés vite que rien du scenario originale n'est vrai.
La particularité de ce jeux dans lequel il sont c'est que il permet de rentre dant un autre jeu ou ce que nous appelons mannette est appelé POD et que ces fameux POD sont des êtres vivant que lonbranche directement a l'humain par un trou dans le creux des reins
Serez vous dissociez le jeux de la réalité ou perdrez vous tous repére ? tant géographique, temporelle que sociale.

Critique de husky63L’HISTOIRE

La créatrice du jeu virtuel « Existenz » donne une conférence et souhaite faire la démonstration de son nouveau jeu devant un petit comité d’invités. Mais tout ne se passe pas comme prévu. L’un des invités, au moyen d’une arme faite avec os et donc indétectable, tente de tuer la créatrice après l’avoir accusée d’être une « démone ». L’homme est abattu à temps. Un simple employé marketing s’enfuit avec la créatrice du jeu pour assurer sa protection.
Celle-ci souhaite lui présenter son fameux jeu, avec lequel il faut se connecter grâce à un Bioport (un trou en bas de la colonne vertébrale). Apprenant qu’il n’en a pas, elle lui en fait faire un et l’emmène avec elle dans l’univers virtuel d’Existenz. Bientôt, illusions, réalité et rêve vont se confondre.

¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨


REALISATION

Le concept de base, à savoir la réalité virtuelle, a déjà été utilisé maintes fois, au cinéma comme à la télévision. Mais c’est toujours un plaisir lorsque le tout se veut correctement mis en place. L’exemple type en la matière, c’est évidemment Matrix, dont le succès a été incroyable. Cependant, si le concept s’en rapproche, Existenz est bien plus pointue que Matrix, Cronenberg ayant beaucoup plus de tact et de talent. Moins de moyens aussi, évidemment, mais cela n’empêche qu’il filme tous ses décors avec une main de fer. Il filme en mêlant les ambiances, les lieux. On ignore si le tout est tragique, ou bien humoristique. Comment fait-il cela notre canadien ?
C’est simplement ce qu’on appelle le talent, ne cherchons pas plus loin.

Un film bizarre, qui risque de ne plaire qu’à un certain groupe de personnes mais… unique, et qui ne laissera pas indifférent. Mieux encore : qu’on n’oublie pas de si tôt.

¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨


SCENARIO

Particulier ! C’est le mot qui vient à l’esprit pendant et après la vision d’un tel film. Particulier, parce qu’il ne ressemble à aucun autre film. Particulier, parce qu’il plaît autant qu’il ennuie. Particulier, parce qu’il s’en dégage un univers farfelu. Particulier, parce que le spectateur se perd dans un scénario volontairement complexe.
Il ne s’agit pas de complexité dans le sens Difficile à comprendre, mais plutôt dans le sens « scénario tordu », où tout s’emmène, où le spectateur est emmené là où Cronenberg voulait l’emmener : Dans le flou le plus total.

En effet, tout y est étrange. Au début, ça se suit le plus simplement du monde et nous vivons les péripéties de nos héros sans trop de mal. Mais une fois que les deux joueurs se retrouvent connectés à Existenz, ça commence à devenir confus. On ne comprend pas toujours tout et certaines scènes sont limites inexplicables.

Et ça ne s’arrête pas là. David Conenberg veut aller encore plus loin : Il va jusqu’à noyer le spectateur lui-même, en inversant les situations. Ce ne sont plus les héros qui sont perdus entre réalité et fiction, c’est bel et bien celui ou celle qui est assis sur son canapé en train de regarder cet ovni venu de nulle part.

Les trente dernières minutes nous embrouillent, en mêlant les faits les plus improbables aux plus incompréhensibles. Comment l’expliquer sans vous en annoncer la couleur ? Sont-ils dans la réalité ? Sont-ils dans le jeu ? Est-il le méchant, le gentil ? Et elle ? Et celui-là ? Pourquoi ce personnage a-t-il fait ça ? Mais pourquoi font-ils ceci tout à coup ?

Noyés ? Oui, nous le sommes, et pas seulement. Car, au moment où on croit toucher le fond de l’Océan, un nouveau bouleversement remet tout le film en question, à quelques minutes à peine de la fin. Et à ce titre, notre cerveau se met à gesticuler dans tous les sens. Et encore… non ce n’est pas fini. Car à quelques secondes de la fin, encore un nouveau bouleversement scénaristique remet à nouveau le précédent renversement en question, de quoi rendre le spectateur complètement fou.

Fous ? Oui, nous le sommes presque, une fois que le générique de fin entame sa première note de musique. Mais le plus fou de tous, c’est sans nul doute David Cronenberg. Mais c’est un fou doublé d’un génie. Le résultat, entre génie et folie, est autant déconcertant qu’incroyable. Il faut le voir pour comprendre.

¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨


CASTING

Dans les rôles principaux, on retrouve Jennifer Jason Leigh et Jude Law. Une fois lâchés, ces deux interprètes font des merveilles, d’autant qu’ils forment un duo particulièrement attachant. Si bien qu’ils parviennent tous les deux à donner encore plus d’impact à ce thriller fantastique. Leur jeu reflète parfaitement leur talent. Tout comme le scénario, ils nous mènent en bateau, ils nous entraînent où ils veulent qu’on aille, de sorte qu’à la fin on ne sache plus qui est le gentil et qui est le méchant.

¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨¨¨°ºo§oº°¨


VERDICT

D’un côté, certaines personnes auront arrêté le film avant, n’étant pas suffisamment ouverts (ou pas assez intelligents ?), d’autres auront regardé jusqu’au bout mais se tortureront les méninges à trouver une explication. Et d’autres encore qui auront adorer et qui accepteront volontiers d’y revoir… pour avoir des réponses… ou parce que c’est un bon film, simplement.

Critique de jenlooTrès vite, on sait qu'on est chez David Cronenberg. L'habituelle obsession de la chair torturée (les pods et les implants dans le bas du dos) s'accompagne ici d'une réflexion sur l'influence des jeux vidéo et sur la confusion entre le réel et le virtuel. Un sujet original, plutôt bien traité mais qui reste en-deçà de certaines autres oeuvres de ce cinéaste attachant mais glauque (citons "Faux semblants", "La mouche" ou "Dead Zone").

Critique de stickboyUn nouveau jeu révolutionnaire aux capacités illimitées vient de sortir.Celui-ci permet de jouer dans un monde aux apparences réels. Pour l'occasion, celui-ci est présenté au public. Ainsi, quelques personnes du public vont avoir l'honneur d'entrer le monde d'eXistenZ (ça s'écrit belle et bien comme ça):

Une envie de manger un truc dégueulasse au resto et de faire mumuse avec les os qu'il reste du plat pour en faire un pistolet qui envoie des dents humaines , c'est normal c'est une "pulsion de jeu".
Pour jouer il suffit de posséder un biopod, c'est une sorte de console vivante et gluante que vous reliez a votre bioport.Celui-ci s'installe en faisant un trou dans votre colonne vertébrale
Mais comment savoir si on est dans la réalité ou dans le jeu (les deux se ressemblent tellement)J'en dirai pas plus.


Peut être le meilleur film de cronenberg jusqu'alors

DVD Jeux vidéo Livres CD Aide
Droits réservés 2020 - Cerivan