Recherche        
2
Acheter sur Amazon

Le Nom de la rose

paru le13/05/2002de Umberto Ecotraduction Jean-Noël Schifano

Membres possédant ce produit
Membres désirant ce produit bahamuthecate1970

Résumé

An de grâce 1327, la chrétienté est en crise. L'ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville se rend dans une abbaye bénédictine du Sud de la France pour participer à une rencontre entre franciscains prônant la pauvreté du Christ et partisans d'un pape amateur de richesses. Dès son arrivée, il se voit prié par l'abbé de découvrir au plus vite la raison de la mort violente d'un de ses moines, retrouvé assassiné. L'inquisiteur Bernard Gui, dont la réputation de cruauté n'est plus à faire, est attendu, et l'abbé craint pour l'avenir de son abbaye. Tel un ancêtre de Sherlock Holmes, Baskerville se met à l'ouvrage, assisté du jeune Adso de Melk. D'autres morts vont venir compliquer sa tâche. Porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud avec Sean Connery dans le rôle de Guillaume, Le Nom de la Rose fait date dans l'histoire des romans policiers historiques. Umberto Eco n'est pas seulement un romancier, c'est surtout un érudit qui connaît son sujet sur le bout des doigts. Il entraîne le lecteur dans une aventure à la fois philosophique et policière, où il est question d'Aristote, de liberté, d'injustice et de cyanure. Un roman exceptionnel. Lisa B.

Produits similaires

L'Île du jour d'…
La recherche de…
La fabrique de …
Les Juives : Hi…

Critiques et avis

Soyez rémunéré pour chaque avis pertinent déposé !

Critique de RomaneNous voici donc en l'an 1327 dans une abbaye italienne en compagnie de Guillaume, ex-inquisiteur et de son secrétaire Adso (le narrateur), au milieu d'une intrigue policière médiévale, durant sept jours. L'Abbé Abbon charge Guillaume de résoudre la mort d'Adelme mais d'autres morts vont s'en suivent et compliquer le travaille du « détective » et de son jeune secrétaire. Guillaume va vite se rendre compte que ces morts sont liées à la bibliothèque de l'abbaye. Durant plusieurs nuits ils tentent (Guillaume et Adso) de déchiffrer les arcanes de cette bibliothèque conçue comme un labyrinthe, qui les mènent vers un livre « étrange », un livre d'Aristote, sur l'éloge du rire...


Dès les premières pages du livre, nous nous trouvons mêlées à une atmosphère mystique médiévale, à travers une écriture riche et généreuse, parfois complexe, et si Eco utilise beaucoup de latin, cela ne m'a pas dérangé plus que ça pour la compréhension du roman, mais j'avoue c'est un peu pénible. L'intrigue est finement menée,à travers Les Sept trompettes de l'apocalypse de Jean et nous donne une multitude d'informations sur le XIVe siècle religieux et philosophique, toute cette culture, ces débats philosophiques médiévaux sur la liberté, la pauvreté du Christ, le rire, etc.Ce livre renferme une quantité de connaissances impressionnantes, auxquelles d'ailleurs je n'ai pas toujours tout saisi. C'est à travers la raison et la logique que Guillaume tente de résoudre l'énigme, une observation minutieuse et précise poussée au plus haut degré (nous en avons un premier exemple avec le cheval Brunel lors du premier chapitre), une réflexion très profonde tout le long du roman, ce qui le rend parfois difficile d'accès sans compter toutes les références historiques.

La division du roman en 7 jours (Matines, Laudes, Prime, Tierce, Sexte, None, Vêpres, Complies et nuit) renseigne le lecteur temporellement et permet de mieux suivre le roman, avec en sous-titre un « mini résumé » du chapitre. Le personnage Adso (le narrateur) touche par son apprentissage, et son maître Guillaume séduit par sa « sagacité », son sens du discernement, son intelligence et sa finesse d'esprit. Le lecteur admire et adhère totalement, une totale satisfaction lorsque l'on referme ce livre. Il faut maintenant que je revienne en l'an 2008.

DVD Jeux vidéo Livres CD Aide
Droits réservés 2020 - Cerivan