Recherche        
1
Acheter sur Amazon

Claude Gueux

paru le01/02/1995de Victor Hugotraduction Emmanuel Buron

Membres possédant ce produit melaniediaz
Membres désirant ce produit

Résumé

Victor Hugo reprend dans cette nouvelle, qui raconte l'histoire d'un ouvrier accule au vol et condamné pour son forfait, l'un de ses thèmes de prédilection (cf. Le Dernier Jour d'un condamné) : la peine de mort. Il signe avec le texte un plaidoyer abolitionniste. Flore Delain, à qui l'on doit cette édition, enseigne dans le Calvados. Elle collabore régulièrement à L'Ecole des Lettres et est formatrice en IUFM.

Produits similaires

Vipè…
Antigone

Critiques et avis

Soyez rémunéré pour chaque avis pertinent déposé !

Critique de Amok66Véritable génie littéraire de son époque et de l'époque actuelle, Victor Hugo par son style d'écriture nous transporte immédiatemment dans cette histoire et nous fait nous identifier aux personnages, parfois pourtant très éloignés de notre propre personnalité. A lire.

Critique de poussaintPlaidoyer abolitionniste, on se rend compte encore aujourd'hui à quel point Hugo a pu avoir, bien avant que cette décision fut prise en compte, la prémonition de l'absolue nécessité de mettre un terme à la peine de mort. Ce discours plutôt que roman est un texte argumentatif basé sur un fait réel que Victor Hugo a habilement romancé. En ce sens, il s'apparente aussi à une fable où après avoir raconté l'histoire, l'auteur se fend d'une morale.
On est aussitôt plongé dans ce XIX e siècle, dure et âpre, où la morale bourgeoise, par désir de se protéger, préfère écarter et punir ceux qui la gênent plutôt que de réfléchir au moyen de véritablement améliorer la société. Au delà de la condamnation absolue de la peine de mort, c'est aussi un plaidoyer efficace sur la valeur de la sanction et une primauté absolue donnée à l'éducation comme moyen de moraliser la société. Certaines idées aujourd'hui paraitraient maladroites ou contestables comme cet appel à Dieu comme seul juge suprême mais il ne faut pas oublier que Victor Hugo vit dans une société profondément chrétienne tout en étant lui-même croyant. Le style est enlevé, facilement reconnaissable avec ses envolées lyriques et magistrales. Certaines formules claquent comme des phrases définitives. Ce livre ouvre donc une parenthèse qui ne se fermera qu'avec les misérables et le dernier jour d'un condamné où Hugo, inlassablement, continuera à creuser le sillon de ses pensées, dans le but, toujours, de rendre meilleur le monde dans lequel nous vivons.
Livre donc à recommander car même si la peine de mort est abolie, il faut rappeler que chaque année, 5000 personnes sont encore condamnées à mort et que même en France, si l'abolition est passée, le débat sur les prisons et leur rôle est loin d'être tranché.

DVD Jeux vidéo Livres CD Aide
Droits réservés 2020 - Cerivan