Recherche        
3
Acheter sur Amazon

The Crow, la cité des anges

paru le16/07/2004de Tim Popeavec Vincent Perez, Mia Kirshner, Richard Brooks, Iggy Pop

Membres possédant ce produit
Membres désirant ce produit

Résumé

Cette fois, le corbeau va choisir Ashe et son petit garcon Danny, témoins involontaires d'un réglement de compte entre bandes qui provoqua leur mort, pour revenir parmi les vivants et assouvir une implacable vengeance malgré Sarah, qui cherchera à retenir par son amour cet être surnaturel.

Produits similaires

L'Armée des 12 si…
American Pie
Hypnotic
Sleepy Hollow

Critiques et avis

Soyez rémunéré pour chaque avis pertinent déposé !

Critique de HellboyThe Crow, le film d'Alex Proyas avec le regretté Brandon Lee, était un chef d'oeuvre de gothisme, d'action et de drame. The Crow : La Cité des Anges, c'est tout simplement le contraire.

Réalisé par Tim Pope, qui a oeuvré principalement dans le monde du clip musical (The Cure, The Bangles, David Bowie), La Cité des Anges fait bien pâle figure face au film de Proyas. D'ailleurs, à la lecture du bref résumé que vous avez pu lire plus haut, vous aurez constaté qu'il ne s'agit pas d'une véritable suite mais beaucoup plus d'un remake maladroit. Et pourtant, le scénariste n'est pas un inconnu et on lui devra par la suite les excellents scripts de Dark City (d'Alex Proyas), des trois volets de Blade (dont il a réalisé le troisième, Blade : Trinity) ainsi que celui du Batman Begins de Christopher Nolan. Le script en lui-même n'est pas mauvais, même s'il ne fait pas dans l'originalité. Le problème réside davantage dans le rendu à l'écran. Et ça, on le doit à Tim Pope...

Tim Pope est un réalisateur de clips et, naturellement, son travail sur La Cité des Anges confirme son statut de clippeur : effets de caméra avec du flou, accélérations, montage parfois très cut... Et encore, il ne fait pas usage du ralenti (ça ne devait pas être à la mode à l'époque sans doute). Il en résulte une mise en scène parfois hasardeuse, sans âme et n'invitant à aucun moment le spectateur à partager la souffrance qui devrait émaner des personnages. Vous aurez remarquez que j'utilise le conditionnel ("qui devrait émaner"). Cela m'amène à une autre faiblesse du film : Vincent Perez. Celui-ci n'était sans doute pas l'homme de la situation. Je n'ai bien sûr rien de personnel contre lui mais le fait est que sa prestation dans La Cité des Anges n'est pas à la hauteur de ce que l'on aurait pu attendre. Et, inéluctablement, on en vient à comparer sa prestation à celle de Brandon Lee. Et là, Perez ne fait pas le poids... Son histoire est pourtant plus que douloureuse (son fils a été tué par balle sous yeux, alors qu'il le tenait dans ses bras). Et pourtant, à aucun moment dans le film, Vincent Perez ne parvient à émouvoir, à convaincre le spectateur du fardeau qui pèse sur ses épaules.Ce qui est plus qu'ennuyeux étant donné que l'un des thèmes de The Crow est la douleur, la souffrance (rappelons que l'auteur de la BD, James O'Barr, a perdu sa femme, renversée par un chauffard ivre et que, suite à cette tragédie, il a donné naissance à The Crow).

Du reste, La Cité des Anges se laisse regarder. A défaut de pouvoir s'intéresser aux personnages (le seul qui était un tantinet intéressant est malheureusement celui qui est le moins développé : Sarah) et à l'histoire, on s'attarde sur l'aspect visuel du film. Les décors sont assez soignés mais pas vraiment mis en valeur par la mise en scène de Pope. Dommage, car c'était Anne Kuljian qui s'en était chargée (voir son excellent travail sur des films comme Abyss, Basic Instinct, Sphere, Minority Report, ou encore Equilibrium). Le directeur de la photographie est l'un de nos compatriotes : Jean-Yves Escoffier et son travail sur La Cité des Anges est plutôt de qualité. Dommage encore une fois que le réalisateur Tim Pope gâche de pareils talents...

La Cité des Anges n'est pas un mauvais film (en plus il est relativement court) mais une seule vision suffira amplement à vous convaincre que l'original d'Alex Proyas se suffisait amplement à lui-même. A voir pour les beaux yeux de Mia Kirshner et le cabotinage du rocker Iggy Pop (on se demande ce qu'il est venu foutre là d'ailleurs).

A noter qu'un troisième film a vu le jour : The Crow : Salvation (avec Eric Mabius dans le rôle-titre) ainsi qu'un quatrième : The Crow : Wicked Prayer (avec Edward Furlong, le gamin de Terminator 2, dans le rôle principal).

Critique de dalidoraMagnifique et triste histoire d'un homme qui veut venger sa mort et celui de son fils. Décors sombre et mystique, ce film est parfait pour nous donner des frissons.

Critique de jenloo"The Crow La Cité Des Anges" est un film qui tient davantage de la séquelle potentiellement lucrative que d'une oeuvre originale. Le scénario est très prévisible et sans aucune innovation. Une pincée de sexe et de violence est censée relever cette sauce au goût fadasse, mais c'est sans succès. Vincent Perez a l'air de s'ennuyer ferme. A ne voir qu'une fois, pour meubler une soirée monotone. Autant dire que je ne vous conseille pas d'acquérir le DVD sur troczone !

DVD Jeux vidéo Livres CD Aide
De nombreuses énigmes, des centaines de points à gagner sur Facebook